“Je suis là, au milieu d’eux”

  • Commentaires de la publication :0 commentaire

Homélie du 23e dimanche de TO, A
10 septembre 2023, à l’occasion du baptême de Philomène
par l’abbé Gaël de Breuvand

I-                  Présences de Dieu

« Je suis là au milieu d’eux. » En ce dimanche, à l’occasion de ce baptême, en ayant entendu ces Lectures, il nous est bon de revenir sur cette Parole de Jésus : « Je suis là au milieu d’eux. » Et cela nous donne l’occasion de réfléchir à la présence de Dieu dans notre monde

Comment Dieu est-il présent dans notre monde ? Dieu est présent parce qu’Il crée. On appelle cela Présence de Création. Qu’est-ce que la Présence de Création ? C’est que Dieu n’a pas créé et puis s’est désintéressé, et a fait autre chose, mais que la Création est un acte permanent de Dieu : s’Il ne pense pas à nous, nous n’existons pas… Il pense à nous ! Il nous maintient dans l’être, et pas seulement nous : quand on parle de la Présence de Création, c’est la Création de toutes choses, l’univers entier, les galaxies et les étoiles, le ciel et la terre, les nuages aussi bien que le soleil, les poissons, la mer : tout cela existe parce que Dieu y pense et maintient tout cela dans l’être. Cela va impliquer notre rapport à la Création, puisque toute cette Création est voulue par Dieu, et pensée par Dieu en permanence : nous avons à avoir un regard attentif sur cette Création : c’est la racine profonde de l’écologie.

Mais Dieu ne se limite pas à cette présence-là : Il veut une relation personnelle avec chaque homme et c’est la Grâce qu’Il nous donne : c’est le don gratuit de Dieu : Dieu lui-même veut venir habiter dans nos cœurs, Présence de Grâce. C’est cette présence de Dieu au fond de nous, qui nous dit : « je t’aime » ; et lorsque nous cherchons Dieu, que nous pouvons imaginer grâce justement à la Création, lorsque nous cherchons Dieu, nous ne le trouverons pas dans le soleil, dans la mer : nous allons Le trouver tout au fond de notre cœur : Il est là, et nous dit encore « Je t’aime, tu es une perle précieuse à Mes yeux. » Toute l’histoire biblique traite de cette Présence de Grâce : comment Dieu s’adresse à un homme, par exemple, Abraham, et l’appelle, appel à déployer toute son humanité, à déployer tout son amour.

Et puis, il y a une troisième Présence : c’est Jésus, et cette Présence, on l’appelle Présence d’Incarnation : Dieu est présent, pas simplement dans notre cœur, mais dans notre monde. Dieu a choisi d’habiter parmi nous, et, comme nous dit saint Jean : « nous L’avons vu, nous L’avons entendu, nous L’avons touché, Lui, le Verbe de Dieu. » Mais vous allez me dire : cette Présence d’Incarnation, nous l’avons vue entre l’an 1 et 33, quand Jésus était sur Terre, mais Il est remonté au ciel, et depuis son Ascension, Il n’est plus très palpable ! Mais Jésus est encore là pour nous. Il se donne à travers l’Église, à travers les sacrements ; chaque fois que nous vivons un sacrement – et Philomène va en vivre un dans quelques instants – c’est le Christ qui vient la prendre dans ses bras pour la connecter à Dieu. Dans quelques instants, nous allons communier : c’est le Christ qui se donne à nous, pour que nous puissions nous donner à Lui. La Présence d’Incarnation, c’est Jésus vivant sur la Terre, Jésus qui se donne par l’Église, c’est Jésus qui se donne par les sacrements.

II-                Réponse de l’homme

Alors, qu’est-ce que ça change pour nous ? À cette Présence de Dieu – cette promesse du Christ « Je suis là tous les jours, présent au milieu de vous jusqu’à la fin des temps » – nous avons une réponse à donner : nous sommes attendus, invités à répondre, et notre réponse, c’est d’abord de reconnaître cette présence de Dieu. Être capable de contempler l’univers, de contempler la Création dans toute sa splendeur et sa beauté, et savoir que Dieu maintient tout cela dans l’être ; et c’est là, déjà, son premier acte d’amour. Nous sommes invités à reconnaître la présence de Dieu tout au fond de notre cœur, mais aussi dans le cœur de notre voisin, de celui qu’on aime et de celui qu’on n’aime pas. Dieu m’aime, Dieu t’aime, et Il te dit « Je t’aime » ; mais Il aime aussi celui ou celle qui est à côté de toi, Il lui dit « Je t’aime, et toi, est-ce que tu veux l’aimer ? » C’est vrai pour les grands aussi…

Et, de fait, qu’est-ce qui nous permet de reconnaître cette Présence de Dieu dans la Création, cette Présence de Dieu par grâce, Présence de Dieu Incarné ? C’est encore un cadeau de Dieu, et ce cadeau, c’est la Foi. Dans quelques instants, nous allons installer la Foi dans le cœur de Philomène. Elle va être branchée au Seigneur, et cela va lui ouvrir les yeux : elle va pouvoir contempler la présence de Dieu partout, dans la Création, dans son cœur, et dans le cœur de l’autre, et en Jésus qui se donne à nous. Si nous voulons grandir en foi, il s’agit de poser régulièrement ces actes de reconnaissance : « merci, Seigneur, pour l’existence, merci, Seigneur, pour Ta providence, parce que Tu prends soin de nous, merci, Seigneur, parce que Tu te donnes à nous et que Tu veux te faire connaître. »

Mais la réponse que nous sommes invités à faire n’est pas seulement une reconnaissance, c’est aussi un envoi en mission. Parce que si, moi, par la Foi, je suis capable de reconnaître la présence de Dieu, et la Présence d’un Dieu qui m’aime, pour les autres il s’agit que je le leur dise, que j’en témoigne. Il s’agit qu’ils sachent qu’eux aussi sont aimés. En fait, Dieu nous aime tous chacun personnellement, nous sommes tous des perles précieuses ! Et de fait, nous le verrons, tous, chacun personnellement, et lorsque Philomène va recevoir le cierge allumé – qu’on aura allumé au cierge pascal – cela signifiera qu’elle a reçu la vie de Dieu, cela signifiera qu’elle a reçu l’amour de Dieu. Et Philomène, avec son petit cierge, va sortir de l’église et va illuminer le monde pour dire à tous : Dieu vous aime. Et il y en a besoin ! Tant de gens dans notre monde ne savent pas qu’ils sont aimés..

.

Notre réponse, c’est celle que Jésus a accomplie. Écoutons-le, Jésus, qui nous dit, à chacun : ‘tu vois la personne qui est là près de toi, tu vois ton enfant, tu vois ton mari ou ta femme, tu vois ton père ou ta mère, tu vois ton voisin, Moi, Dieu, je te dis : je l’aime, je l’aime de tout mon cœur, il est une perle précieuse pour moi, et je t’ai choisi, toi, pour lui transmettre cet amour, pour qu’il découvre à quel point Je l’aime. C’est toi qui reçois la mission de manifester cet amour à celui qui est là, près de toi, ton prochain’.