Homélie en la Solennité de saint Irénée

par le P. Yves Guerpillon, vicaire épiscopal territorial.

Pour la confirmation de Raymond et Marie-Ange

Chère Marie-Ange, cher Raymond, chers paroissiens, nous entendons aujourd’hui la Parole de Dieu. Nous le savons, la Parole de Dieu est là pour nous faire grandir. Alors, aujourd’hui, je voudrais vous dire quelques petites choses toutes simples sur la vie chrétienne d’abord, et puis quelques petits conseils pour vivre en chrétien : des choses toutes simples, que, peut-être, vous connaissez déjà, mais qu’il est parfois bon d’entendre régulièrement.

I – Accueillir la Joie, horizon de la vie chrétienne

La première chose, je m’adresse d’abord à Marie-Ange et Raymond : accueillez la joie. Aujourd’hui est un jour de joie. Un jour de joie de votre confirmation que vous avez préparée, qui a été différée à cause de la pandémie ; donc, vous avez eu le temps de faire grandir le désir en vous… Oui ! Et c’est bon parfois de laisser grandir le désir dans nos cœurs, parce que d’une certaine manière on accueille encore d’avantage la joie. La joie, c’est l’horizon de la vie chrétienne, ne l’oublions pas, frères et sœurs : la joie c’est l’horizon de notre vie chrétienne. La joie, c’est l’horizon de l’au-delà. Ce n’est pas moi qui l’invente, « Dieu essuiera toute larme de leurs yeux », donc s’il y en parmi vous qui sont tristes, rassurez-vous, cela ne durera pas éternellement. Vous êtes appelés, nous sommes tous appelés à la joie. Être chrétien, c’est la joie de vivre, frères et sœurs. Être chrétien, c’est la joie de vivre ! Être chrétien, comme le dit saint Irénée que nous fêtons aujourd’hui : notre cher évêque de Lyon dit ceci : « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant, et la vie de l’homme, c’est la vision de  Dieu. » C’est très beau, ça ! Dieu veut notre joie, Dieu veut, Marie-Ange et Raymond, que vous soyez des vivants, Il veut que tous les chrétiens de cette paroisse soient des vivants, qu’ils rayonnent de vie et de joie. C’est certainement déjà le cas, mais nous pouvons encore nous encourager. « La gloire de Dieu c’est l’homme vivant. » Que c’est beau, cette parole d’Irénée ! La vie de l’homme, c’est la vision de Dieu, nous y reviendrons. Cela veut dire que Dieu veut nous aider à Lui ressembler d’avantage. Saint Irénée a une parole très forte encore – je vous rassure, je n’en ferai pas trop, mais – il dit, citation d’Irénée qui est magnifique, que vous connaissez peut-être, « le Verbe de Dieu, Jésus-Christ notre Seigneur, s’est fait cela même que nous sommes, afin de faire de nous cela même qu’Il est. » Alors, si on essaie de comprendre ce que cela veut dire, eh bien, en gros ça veut dire que Dieu est venu nous rejoindre pour nous partager Sa vie divine. L’horizon de notre vie, c’est la joie, c’est même la divinisation : participer à la joie de Dieu. Et je vous dis, il n’y a pas d’équivalent dans d’autres religions, c’est extraordinaire ! Est-ce que vous prenez de temps de méditer cela ? Nous qui sommes chrétiens, avons-nous pris la mesure de cette parole ? Le projet de Dieu, c’est de partager Sa joie pour l’éternité. L’horizon d’un chrétien ne se réduit pas à la terre : si nous regardons nos pieds, ça n’est pas l’horizon chrétien ; il faut parfois lever la tête pour voir au-delà, ne pas nous arrêter à nos petites querelles terrestres. Il y a un très bon mot, que je vous souhaite, chère Marie-Ange et cher Raymond, c’est l’enthousiasme. Vous savez ce que c’est que l’enthousiasme ? C’est un mot d’origine grecque, comme beaucoup de mots chrétiens, qui veut dire « être rempli de Dieu ». Eh bien, je vous souhaite d’être remplis de Dieu, à vous tous, paroissiens de l’Alliance, je vous souhaite d’être enthousiastes, remplis de Dieu !

Et puis, il y a un autre aspect qui va de pair avec la joie et l’enthousiasme : lorsque nous sommes dans la joie et l’enthousiasme, nous sommes dans la paix. Irénée nous le montre, lui qui veut dire « homme de paix, le pacifique », Irénée est un modèle de paix. Oui, nous sommes invités à accueillir la paix de Dieu. Lorsque nous sommes remplis de Dieu, cela nous donne la paix intérieure qui nous aide à prendre du recul par rapport à ce qui se passe, par rapport aux événements, par rapport à tout cela. Ne pas céder à la peur. Je dirais que le virus le plus contagieux de notre société  parfois, c’est la peur. Et le vaccin, c’est le Christ, l’Esprit Saint.

II – 5 ingrédients pour la vie chrétienne

La joie, l’enthousiasme, la paix, c’est ça une vie chrétienne. Joie, enthousiasme et paix intérieure, c’est cela une vie chrétienne. Alors, vous allez me dire « C’est bien gentil, mais comment on fait ? » Je vais vous donner quelques conseils tout simples. Je crois qu’il y a cinq ingrédients d’une vie chrétienne réussie, d’une vie chrétienne confirmée et équilibrée.

Le premier ingrédient, c’est simple, c’est la prière. Tout commence par la prière. Elle nous permet de demeurer en Jésus, de venir nous abreuver à la source de son amour. Ne l’oubliez pas, nous l’avons entendu dans l’Évangile, Jésus nous le dit clairement : « Hors de moi, vous ne pouvez rien faire ». Donc, si nous ne sommes pas connectés à la source de Jésus, si nous ne venons pas nous abreuver au silence de la prière, nous ne pouvons rien faire, ça ne peut pas marcher. Cela veut dire aussi que l’Eucharistie du dimanche est un rendez-vous incontournable pour venir puiser à la source, pour être enthousiaste, rempli de Dieu. La prière, prière personnelle, communautaire, la prière sous toutes ses formes, cela peut-être le chapelet, l’adoration eucharistique, tout ce que vous voulez, dès lors que c’est une prière.

Deuxièmement, un point essentiel : la formation. Il nous faut être à l’écoute de la Parole de Dieu pour devenir chaque jour d’avantage un disciple de Jésus-Christ. La Parole de Dieu c’est notre source unique, frères et sœurs : chère Marie-Ange et cher Raymond, lisez la Parole de Dieu, méditez la Parole de Dieu, chaque jour. La Parole de Dieu, c’est l’oasis à laquelle nous venons nous abreuver dans l’aridité de nos vies ; comme le disait le cardinal Barbarin : « Éteignez la télé – on va dire internet – et allumez l’Évangile. » La formation, l’écoute de la Parole de Dieu, je sais que vous êtes attentifs à cette dimension-là, et je l’encourage encore plus. Alors, on peut décider de lire concrètement chaque jour la Parole de Dieu, préparer l’Évangile du dimanche, pourquoi pas. C’est sûr que si nous lisons tous les jours ne serait-ce que l’Évangile du dimanche, eh bien, nous entendrons littéralement cette Parole le dimanche. Prière, formation, l’écoute de la Parole de Dieu.

Troisièmement, et c’est au cœur, la vie fraternelle : ah oui, « frères et sœurs »,  je vous ai appelés comme cela et je ne vous connais pas, mais vous êtes mes frères et sœurs parce que nous sommes tous les enfants d’un même Père. La vie fraternelle, la communauté paroissiale est une vraie famille et doit l’être : ce n’est pas toujours facile ! Comme on le disait tout à l’heure avec Raymond, dans une famille, parfois, on s’engueule, c’est vrai. On n’est pas toujours d’accord dans une famille… et ce n’est pas un problème. Ce n’est pas parce qu’on n’est pas d’accord qu’on arrête de s’aimer. C’est pareil dans une communauté, on a le droit de ne pas être d’accord, on a le droit d’avoir son opinion, mais, par contre, on n’a pas le droit de cesser d’aimer son frère ou sa sœur, quel qu’il soit. La vie fraternelle est un ingrédient essentiel, et c’est souvent le signe de fécondité dans une communauté. Lorsqu’il y a de la vie fraternelle, il y a de la fécondité, parce que ça attire, la vie fraternelle, l’amour fraternel, ça attire, ça donne envie. Alors, comme nous le dit Paul dans la Deuxième Lecture, nous devons être attentionnés à tous. Je sais que le père Jean et le père Gaël essaient d’être attentionnés à tous. Alors vous aussi, Marie-Ange et Raymond, vous aussi chers paroissiens, essayez d’être attentionnés à tous. Bien sûr, comme chacun d’entre nous. C’est la recherche de la paix, la vie fraternelle, être des artisans de paix, bien sûr, des artisans de paix et d’unité. C’est la mission propre des pasteurs, du pasteur de votre paroisse.

La prière, la formation à la Parole de Dieu, la vie fraternelle…, et puis il y a aussi le service, bien sûr, le service concret, le service des plus pauvres. L’attention aux pauvres, aux nécessiteux de toutes sortes, le service matériel. J’imagine que dans votre paroisse il y a plein d’activités au service des plus pauvres, qu’elles soient des activités catholiques ou d’autres activités. Et c’est très bon, et c’est excellent, merci pour cela. Parce que ce qui touche les gens, ce sont les gestes concrets, bien sûr. Si on parle de charité et qu’on ne fait rien, concrètement… Je pense à cette femme dans ma paroisse qui a été très touchée : elle venait d’emménager juste avant la pandémie, et puis elle a emménagé tellement rapidement qu’elle n’avait rien dans son appartement. Donc, il y a des paroissiens qui lui ont apporté un frigo, des chaises, une table : c’est tout simple, mais c’est très concret, le service mutuel. Et je sais aussi, Marie-Ange et Raymond, que vous êtes en train d’accepter un service qu’on vous a proposé, du côté du catéchisme pour les 6e-5e,  Raymond est en train de dire oui, c’est un scoop !

Alors, la prière, la formation à la Parole de Dieu, la vie fraternelle, le service…vous me direz, c’est pas mal… Il en manque un cinquième. Et ce cinquième, quel est-il ? C’est l’évangélisation, le témoignage. Oui, frères et sœurs, nous ne serions pas tous ici rassemblés si personne ne nous avait témoigné de sa foi, que ce soit dans nos familles ou dans nos environnements. Nous devons tous être des témoins, le monde a besoin de témoins. Vous le savez bien, le monde d’aujourd’hui s’est bien éloigné de la foi chrétienne, mais c’est peut-être parce que nous ne sommes pas suffisamment témoins ; donc, plutôt que de nous lamenter sur le monde d’aujourd’hui – ce qui n’a pas beaucoup d’intérêt – nous pouvons décider concrètement d’être les témoins, ces petites lumières dont le monde a besoin. Témoins de la joie, témoins de la paix, témoins de l’unité, enthousiastes, remplis de Dieu, et si nous sommes enthousiastes, ça va rayonner, vous allez voir !

Ces cinq ingrédients de la vie chrétienne, c’est tout simple ; mais il y a un élément qu’il faut retenir quand même. Peut-être que vous vous dites, moi je suis bien sur 3/5, ce n’est pas mal, bravo, mais je vous dis quand même une chose : ces cinq ingrédients sont comme cinq lattes verticales d’un tonneau. Vous imaginez un grand tonneau avec cinq lattes, chacune de ces lattes correspond à l’un des cinq ingrédients. On remplit le tonneau et, bien sûr, le niveau du tonneau va être rempli au niveau de la latte la plus basse. Donc, si vous êtes au maximum pour 4 éléments de ces 5 ingrédients, mais que vous êtes au niveau minimum pour un des ingrédients, eh bien, le tonneau ne se remplira jamais, et donc votre vie chrétienne ne pourra pas se déployer. Donc je me permets de vous inviter très simplement, avec beaucoup d’encouragement, et beaucoup d’enthousiasme, j’espère, à vivre et mettre en pratique surtout ces cinq éléments : c’est cela une vie chrétienne confirmée, équilibrée.

Nous sommes dans la joie de cette confirmation pour Marie-Ange et Raymond, et puis, que toutes celles et tous ceux d’entre nous qui sont déjà confirmés puissent être renouvelés, aujourd’hui, par l’Esprit Saint, par cette grâce d’une vie confirmée, amen.
« Seigneur, Esprit Saint, nous Te demandons vraiment de venir agir puissamment dans la paroisse de l’Alliance pour venir faire grandir, renouveler, cette belle communauté chrétienne, amen ! «