Adoration du Saint-Sacrement

Jésus nous l’affirme : « l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père » (Jn 4,23).
Dans cet évangile, c’est celui de la Samaritaine, le terme employé, c’est en grec « proskinesis », autrement dit « prosternateurs ». Seulement, en français, ça ne veut pas dire grand-chose, des « prosternateurs » ; parce que le geste du corps – lorsque je mets mes genoux au sol, que je mets mon front par terre et que je me fais tout-petit – ça doit être l’indice d’une disposition du cœur ; et cette disposition du cœur, on l’appelle adoration.

Adorer

Adorer, c’est tout simplement le fait de se reconnaître petit devant Dieu. Dans le Youcat, on trouve la définition du mot « adoration » : « Toute personne qui réalise qu’elle est une créature de Dieu, reconnaît humblement qu’Il est le Tout-puissant, et l’adore… » Et en pratique, pour cela, il n’y a pas besoin d’être chrétien. On connaît plein de gens qui, sans être chrétiens, adorent Dieu. En fait, sur la terre, la majorité des personnes sur la terre adorent Dieu : deux milliards de chrétiens, un milliard de musulmans, plus un certain nombre d’autres religions. Mais, adorer Dieu, pour un chrétien c’est plus que cela. Ce n’est pas seulement voir la grandeur, la toute-puissance et la sainteté de Dieu,«… c’est aussi reconnaître, le cœur plein de gratitude, Jésus, en qui Dieu nous a aimés en premier, et qui est Notre Sauveur ». L’adoration, c’est tout simplement le fait de regarder Jésus et de le reconnaître comme Notre Dieu et comme Notre Sauveur, et d’avoir le cœur plein de joie, plein de gratitude, plein de louanges.

Alors pourquoi adorer le Seigneur dans le Saint-Sacrement ?

Comme l’exprime le père Smets, jésuite, c’est « parce qu’il est réellement présent dans son Corps eucharistique et qu’il nous invite à communier à son mystère d’amour, à sa mort et à sa résurrection, parce que Jésus nous a dit : « Je suis le pain vivant descendu du ciel » (Jn 6, 35). La prière d’adoration et de louange clarifie le regard face à soi-même, face aux autres et face à Dieu. L’adoration éloigne les esprits mauvais, détruit les blocages ; elle libère et réconforte. L’adoration fortifie et édifie l’Église, elle réchauffe les cœurs. Elle augmente notre foi, et nous rend forts contre l’ennemi. « L’Église et le monde ont un grand besoin du culte eucharistique. Ne refusons pas le temps pour aller Le rencontrer dans l’adoration, dans la contemplation pleine de foi… » (Jean-Paul II, Dominicae Cenae, 3). »

Alors laissons-nous toucher par le Seigneur, qui nous appelle et qui nous dit sans cesse : « J’ai soif » de toi, de ta vie, de ton temps de ton amitié…

Dans notre paroisse, des temps d’adoration eucharistique en commun ont lieu
le mercredi à saint-Bonnet, entre 9h15 et 10h00 (après la messe),
et le jeudi à 20h30 à Azieu.