Paroisse de l'Alliance, 71 rue de la République - 69680 Chassieu - 04 78 90 10 58 - secretariat@paroissealliance.fr

Le baptême du Seigneur et mon baptême !

Homélie de la fête du baptême du Seigneur, par l’abbé Gaël de Breuvand
12 janvier 2020

Le baptême du Seigneur… « Le peuple tout entier allait se faire baptiser par Jean le Baptiste dans le désert sur les bords du Jourdain. » Et Jésus prend place parmi ce peuple. Jean, qui connaît son cousin, qui sait que Jésus est un peu différent de tous les autres hommes, est étonné. « Non, c’est toi qui devrais me baptiser ! » « Laisse faire, il faut que la justice de Dieu s’accomplisse. » Il faut que les choses soient dans l’ordre . Et l’ordre, c’est que Jésus, pleinement homme, soit baptisé.

I – 3 signes du baptême

Alors c’est l’occasion, cette fête du baptême du Seigneur, de repérer les choses importantes de ce texte. (à une enfant) « Est-ce que tu as bien écouté ? » Alors, du coup il y avait trois choses dans ce récit du baptême du Seigneur. Trois choses importantes : la première, c’était l’eau, la deuxième, c’était l’Esprit-Saint, et la troisième, c’était la Parole. L’eau, l’Esprit saint et la Parole. Au jour du baptême du Seigneur, Jésus a été baptisé dans l’eau, l’Esprit saint s’est manifesté, s’est montré sur Lui, et la Parole du Père : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je trouve ma joie. » Dans cette église, la majorité d’entre vous a été baptisée, la majorité d’entre vous puisqu’il y a, au moins, une exception. Il est là. Au jour de votre baptême, il y a eu trois choses – c’est pour toi : qu’est-ce qu’il y a eu au jour de ton baptême ? Il y a eu l’eau, il y a eu l’Esprit-Saint, et il y a eu une Parole. Cette parole, ce n’était pas tout à fait la même. Vous vous souvenez de ce que c’était au jour de votre baptême ? « Je te baptise au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit ». Et, en fait, si on ouvre l’oreille de notre cœur, à ce moment-là, eh bien on entend la même Parole que sur Jésus : « Celui-ci est mon fils bien-aimé, en lui j’ai mis toute ma joie. » Dieu nous parle ! Et, au jour de notre baptême, Il nous bénit, Il nous fait entrer dans sa famille. Pas mal !

Mais il y a une différence, quand même, entre le baptême de Jésus et notre baptême à nous. Au jour du baptême de Jésus, c’est une révélation : Jésus était déjà Fils de Dieu, et ça n’a pas changé le jour du baptême. Jésus était déjà bien-aimé du Père, et cela n’a pas changé au jour du baptême. Jésus avait déjà l’Esprit Saint, et cela n’a pas changé au jour du baptême. Par contre, nous, quand nous avons été baptisés, eh bien, nous sommes devenus pleinement fils de Dieu. Au jour de notre baptême, nous avons reçu l’Esprit Saint. Au jour de notre baptême, nous nous sommes retrouvés comme les enfants aimés du Père. Alors vous allez me dire : Il nous aimait certainement avant… c’est vrai, mais on ne le savait pas ! Et du coup maintenant, grâce au fait que nous soyons baptisés, on sait que Dieu nous aime et qu’Il veut prendre soin de nous ! Ça, c’est la première chose.

II – La mission du Christ(ien)

On attaque la deuxième : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je trouve ma joie. » Et dans la lecture du Livre d’Isaïe on entend une Parole : « Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu qui a toute ma faveur. J’ai fait reposer sur Lui mon Esprit. » On sent qu’il y a quelque chose de commun entre ces deux paroles. Mais Isaïe, quand il parle, nous sommes dans les années 550 avant J.-C. C’est le moment où le peuple d’Israël ne va pas trop bien : il est en exil. Il n’est plus sur sa terre, il n’y a plus de temple. Et Isaïe vient dire au peuple : « N’aie pas peur, Dieu veut toujours prendre soin de toi. Dieu veut toujours prendre soin de toi et Il te donne une mission ! » À l’époque d’Isaïe, de l’exil, Dieu demande à son peuple d’être un Messie, un envoyé : « Aux nations, tu proclameras le doit, tu ne crieras pas, tu ne hausseras pas le ton, tu ne feras pas entendre ta voix au dehors, etc. » Moi, le Seigneur, Je te saisis par la main, Je te façonne, Je fais de toi l’alliance du peuple, la lumière des Nations : Le peuple d’Israël tout entier est chargé de rayonnner de l’amour de Dieu. Et Jésus, quand il est baptisé, vient avec tout le peuple auprès de Jean. Et il se fait baptiser comme tout le monde, et puisqu’Il est pleinement homme, il est connecté complètement avec nous, et puisqu’il est Dieu, Il devient la tête de ce peuple.

Il devient la tête du corps que nous formons. Et quand nous sommes baptisés, eh bien, nous entendons cette Parole aussi : nous recevons mission d’être des ‘Messie’, d’être des ‘Christ’, d’être des chrétiens, et nous portons les mêmes missions de Jésus. Est-ce que vous connaissez les trois missions de Jésus ? Prêtre, prophète et roi – il y en a qui suivent ! –

Prêtre, c’est celui qui prend le monde dans son cœur et qui le présente à Dieu : il n’y a qu’un seul prêtre, et c’est Jésus. Et au jour de notre baptême, nous sommes connectés à Lui et nous portons Sa mission, avec Lui ! Vous êtes, nous sommes, des « Messies ». Nous sommes des prêtres envoyés dans le monde pour prendre le monde dans notre cœur et le présenter à Dieu.
Prophète, c’est celui qui reçoit la Parole de Dieu dans son cœur et qui décide d’en vivre. Et du coup, s’il en vit, il devient témoin, et même parfois ça déborde, et il faut qu’il en parle ! Prophète. Le seul prophète, c’est Jésus ! Et nous sommes connectés par le baptême à Jésus et nous portons cette mission-là avec Lui. Prophète…
et Roi ! Jésus est le seul Roi. Le Roi ? C’est celui qui regarde le monde, qui est au milieu du monde, qui prend tous les hommes dans son cœur et qui se met à leur service. Seul Jésus est roi, mais nous sommes connectés à Lui par le baptême et nous portons avec Lui Sa mission. Nous sommes un peuple de prêtres, un peuple de prophètes, un peuple de rois. Nous sommes les baptisés, nous sommes les chrétiens. Alors, nous pouvons en être fiers ! – oui – mais ce n’est pas grâce à nous. C’est parce que Dieu lui-même s’est approché de nous et qu’Il nous a connectés à Lui.

Au jour du baptême de Jésus, il y avait trois choses : l’eau, la Parole et l’Esprit Saint. Et, à ce moment-là, le ciel s’est ouvert : il n’y a plus de frontière entre notre Terre et le ciel. Alors, nous sommes invités à porter le monde pour qu’il entre dans la joie et dans l’amour de Dieu. C’est cela notre mission ! Et si nous venons à la messe le dimanche, c’est qu’elle est un peu trop lourde pour nous, cette mission, et que l’on ne peut pas la porter sans être pleinement unis au Christ. Et la messe, c’est la manière que Dieu a choisie pour nous unir à Lui, pour nous unir les uns aux autres, pour que nous soyons vraiment un peuple, un peuple saint, un peuple roi, un peuple prêtre, un peuple prophète.

Fermer le menu