Paroisse de l'Alliance, 71 rue de la République - 69680 Chassieu - 04 78 90 10 58 - secretariat@paroissealliance.fr

Notre Dieu s’est fait homme, pour que l’homme soit Dieu

Homélie de la messe du jour de Noël, Année A, Mercredi 25 décembre 2019
Par l’abbé Gaël de Breuvand
Il s’agit de la transcription d’une prédication orale. Les titres sont ajoutés après transcription.

I – Avec saint Jean, on touche au ciel

Eh bien, Il (saint Jean) est tout de suite à un bon niveau ! Cet essentiel : « Au commencement était le Verbe ». (aux enfants du 1er rang 🙂 Et le Verbe, ça veut dire quoi ? – Ah, c’est à vous que je parle… vous êtes au premier rang… – Qu’est-ce que c’est qu’un Verbe ? Allez, je vais vous aider : c’est un mot. D’accord ? Vous êtes d’accord ? Un verbe, c’est un mot. C’est donc une parole. – Dites-moi si vous avez compris… Oui. – C’est donc une parole et le verbe, c’est la parole la plus importante d’une phrase, parce que c’est elle qui donne le sens. Quand il y a une phrase et qu’il n’y a pas de verbe… « Je … école ». Je vais à l’école ? Je viens de l’école ? Je suis à l’école ? Je ne sais pas… J’ai besoin du verbe ! Vous êtes d’accord ? ça marche ?

« Au commencement était le Verbe ». Il est Parole, Il est Parole de Dieu. Et le Verbe est Dieu. C’est ce que nous dit l’évangile. Et le Verbe est depuis que Dieu est. Dieu est Dieu. Dieu est depuis toujours, depuis toute éternité et Dieu parle. Pourquoi parle-t-il ? Parce qu’Il aime. Ben oui, si l’on aime quelqu’un, il faut lui dire. Vous êtes d’accord ? « Je t’aime ». « Je veux ta joie et ton bonheur ». C’est ça. Dieu est et Il parle et ce qu’Il dit, comme il est Dieu, – ça, c’est la petite différence avec nous -, c’est Lui ! Le Verbe est Dieu et Il contemple Dieu. Et Il aime Dieu. Dieu aime le Verbe et le Verbe aime Dieu. C’est une seule et même réalité. Dieu tout entier. Père, et Fils, et enfin on parlera du Saint Esprit. Là encore, Dieu tout entier.

Là, on vient de toucher directement au cœur de la foi chrétienne, la Trinité ! Vous allez me dire : « c’est compliqué la Trinité. Dieu, Il est un seul Dieu et Il est en même temps et Père, et Fils et Saint Esprit ». Ça fait trois ! Un seul Dieu ; trois personnes. Parce que Dieu est Amour. En fait, la trinité, c’est un mot compliqué pour dire que Dieu est Amour. Dieu aime, et Il ne sait pas faire autre chose. Il n’y a pas un moment où Il se dit : « Non, toi, je ne vais pas t’aimer aujourd’hui ! ». Non… Dieu aime. Et même si nous, on ne l’aime pas, Il nous aime. Il veut notre joie et notre bonheur. Et ça tombe bien, parce que moi, je veux être heureux. Vous voulez être heureux vous ? De fait, c’est inscrit dans mon cœur : je suis fait pour être heureux, j’ai ce désir-là, et du coup, Dieu m’aime et Il veut la même chose que moi.

Mais Dieu est Dieu et Dieu, – l’évangile le dit -, « Dieu, est-ce que quelqu’un d’entre vous l’a vu ? » Non, personne ne l’a jamais vu. Parce que Dieu, Il est tellement différent de nous… ; Il est tout-puissant, Il est pur esprit, Il est invisible à nos yeux. On le sent pas, on le touche pas, on le voit pas ! Et pourtant, Il est. Il est… ; Et Il m’aime.

II – Dieu ne se lasse pas de nous aimer

Alors comme Dieu sait que j’ai un petit peu de mal à l’aimer, -moi, puisque je ne le vois pas… J’ai du mal à aimer ce que je ne vois pas, j’ai du mal à aimer ce que je n’entends pas -, eh bien, Il est venu. Il est venu d’abord nous parler. Et c’est la deuxième lecture. « A bien des reprises et de bien des manières, Dieu, dans le passé, nous a parlé ». Par les prophètes. Il nous parle. Et Il nous dit quoi ? Quel est le grand message de Dieu ? « Je t’aime ». C’est ce qu’Il nous dit, Dieu, à chacun. « Je t’aime. Je veux ta joie et ton bonheur. » C’est quand même une bonne nouvelle.

Et Il est venu à bien des reprises et de bien des manières, et en même temps, ça ne nous a pas suffit. D’abord parce que quand un prophète arrive en nous disant : « Bonjour, j’ai un message de la part de Dieu », on a du mal à le croire. Et puis même si on le croit, on a du mal à être fidèle à ce que nous dit le prophète. C’est toute l’Histoire du peuple d’Israël. Vous connaissez ce petit livre que l’on appelle la Bible ? La Bible, c’est la Parole de Dieu. Mais c’est aussi l’Histoire d’un peuple. Et c’est l’Histoire d’une relation entre Dieu et son peuple. Et on nous dit parfois, – on l’entend – : « Il y a pleins d’atrocités dans la Bible ». C’est vrai. Il y a pleins d’atrocités. C’est le côté de l’Homme qui fait les atrocités. Bien souvent, il se cache derrière Lui, en disant : « C’est Dieu qui me l’a demandé ». En fait, que dalle !

Dieu Lui, Il aime. Et Il nous a créé par amour pour que nous fassions comme Lui. Vous vous rappelez ? La première page de la Bible : « Dieu a créé l’Homme à son image… » Et on a dit que Dieu était amour. Donc on est fait pour aimer. Est-ce que c’est facile d’aimer ? C’est facile ? (Un enfant dans l’assemblée) « Non ». Alors aimer sa maman, quand c’est facile, ça, on sait faire. Aimer sa maman quand c’est un petit peu plus difficile, quand elle nous demande des choses moins sympas, c’est plus dur. Et alors, aimer mon petit frère ou ma petite sœur quand elle m’embête, ça, c’est dur ! (Aux enfants) « Vous êtes d’accord ? » Mais aimer son voisin ou aimer sa belle-sœur ou aimer sa belle-fille… Bon. On a tous des difficultés de relation ou d’amour dans nos vies. Mais Dieu, Lui, Il ne se satisfait pas de nous voir malheureux. Alors Il nous envoie son Fils, son Verbe, Lui-même, Il vient se donner, Il vient entrer dans notre Histoire. Dans une petite crèche, humblement. « Un grand signe nous est donné », a-t-on entendu pendant la messe d’hier soir. Un signe vous est donné : un enfant couché dans une crèche. 

Un signe… Un petit signe… Un signe humble, discret. Comme Dieu aime se présenter à nous. Parce que Dieu ne nous force pas à le croire. Dieu ne nous force pas à l’aimer. Il nous propose de le croire ; Il nous propose de l’aimer. Et après on en fait ce que l’on veut… Après, ce que je dis, c’est que le chemin de la joie et du bonheur, c’est plutôt du côté de Dieu.

III – frères et sœurs de Jésus

Alors, Dieu est entré dans le monde en Jésus. Le Verbe qui s’incarne. « Et le Verbe s’est fait chair ». Il est devenu pleinement homme. Tellement homme qu’il devient notre frère, il est membre de notre famille physique, charnelle ; c’est-à-dire que si l’on remonte notre arbre généalogique, à un moment où à un autre, on est bien cousins avec Jésus. Concrètement, réellement. Nous avons le même sang ! Jésus, Fils de Marie ! Cherchons, et nous trouverons. Il nous manque un peu d’informations. Les généalogistes pourront se faire plaisir. Nous sommes frères et sœurs de Jésus. Concrètement. Matériellement.

Mais cela ne suffit pas. D’ailleurs, Jésus, un jour, on lui a posé la question : Il a dit : « Mon père, ma mère et mes frères, ce sont ceux qui sont là, qui écoutent ma parole et qui la mettent en pratique ». Il ne s’agit pas simplement d’être des frères charnels de Jésus, il s’agit d’être des frères et des sœurs en esprit et en vérité. Alors Jésus s’est fait homme pour que nous puissions faire, être, comme Lui. Notre Dieu s’est fait homme pour que nous soyons comme Lui. Pour que l’Homme soit Dieu. Il y a un chant qui dit cela. « Notre Dieu s’est fait Homme pour que l’Homme soit Dieu ». Alors évidemment, quand on dit que nous deviendrons Dieu, nous ne prendrons pas la place de Dieu. Mais nous aurons ce qui est le plus essentiel en Dieu : son Amour, qui nous donne la joie.

Alors là, on était dans les hauteurs… Alors on redescend un petit peu… Le Seigneur Jésus est venu à la crèche pour nous dévoiler une chose : c’est que l’essentiel dans nos vies, c’est d’aimer. De nous mettre au service de la joie et du bonheur de ceux qui sont là autour de moi. Que nous soyons, chacun, des foyers d’amour, qui rayonnent, et qui réchauffent, et qui éclairent tout autour de nous ; Juste là. Pas besoin d’aller chercher très très très loin. On n’est pas appelé à aller en Papouasie. Par contre, on est tous appelés à vivre vraiment et à aimer là où nous sommes. Dans notre famille, dans notre voisinage, dans notre lieu de travail, à l’école… A être un foyer d’amour, un témoin.

Annoncer à temps et contretemps

Et alors, quand nous avons compris que c’est parce que nous accueillons Dieu dans nos vies, que nous accueillons sa Parole, alors, ces paroles du prophète Isaïe s’appliquent à nous : « Comme ils sont beaux, sur les montagnes, les pas du messagers », celui qui annonce la paix, qui porte la Bonne nouvelle, qui annonce le Salut. C’est notre mission. Nous avons à annoncer au monde qu’il existe autre chose que la loi du plus fort, qu’il existe autre chose que la loi du marché, qu’il existe autre chose que « à moi, à moi, à moi ! ». C’est un peu compliqué d’en témoigner en ce moment. Non, cette année, je n’achète pas de cadeaux de Noël. J’ai décidé de prendre du temps, de le faire. Hé ! On va vous prendre pour un fou ! Non cette année, pas besoin de faire des trucs extraordinaires, on va juste vivre extraordinairement les petites choses. C’est ça ! Trouver et mettre de la qualité dans ce que l’on fait plutôt que d’essayer de faire des choses exceptionnelles en quantité.

Donc, c’est un appel. Et là, on dit au Seigneur : « Eh, c’est un peu compliqué ! » Et de fait, Il nous dit que c’est vrai. Oui, c’est compliqué. Le Seigneur ne nous invite pas à être des rentiers. Quand nous recevons l’amour de Dieu, ce n’est pas pour qu’on se le garde, pépère, au chaud ! Le pape François, lorsqu’il était à Rio de Janeiro, pour les JMJ, il a dit aux jeunes : « Ne soyez pas des chrétiens de salon, sortez de vos canapés ». Alors c’est vrai pour les jeunes, et aussi pour les moins jeunes. « Sortons de nos canapés ». Cette bonne nouvelle que nous avons reçue : « Dieu nous aime ». Dieu nous aime. Même si nous nous sentons loin de Lui, Il nous aime. Et Il aime mon voisin, Il aime celui que je n’aime pas trop. Il aime celui avec qui je suis en tension. Il aime. Et moi, je suis chargé de transmettre cette nouvelle. Même si parfois, ça me dérange un peu. Donc c’est un peu compliqué. Alors accueillons le cadeau qu’Il nous fait. Il nous le fait à la crèche, à Noël.

Alors on peut se donner rendez-vous dans un an, ou on peut se donner rendez-vous la semaine prochaine. Pour accueillir encore une fois l’Amour de Dieu dans nos vies. Parce que c’est difficile de vivre de l’Amour. Prenons rendez-vous avec le Seigneur, régulièrement, souvent. Peut-être même tous les jours, dans la prière, dans l’écoute de la Parole, dans ce petit livre, que l’on appelle la Bible. Il veut nous parler, Il veut nous combler, Il veut nous rendre heureux et nous savons que pour être heureux, il s’agit d’aimer et de se laisser aimer.

Fermer le menu